Lâchez prise! Ou comment se laisser porter par la vie!

Dans le tourbillon de la vie, il arrive souvent que l'on se sente impuissant, submergé par ses émotions (stress, peur, angoisse, colère...). Voilà un article qui vous donnera quelques petits trucs pour mieux accepter ces émotions et vous laisser porter par la vie!

 

Photo : Tumblr

Photo : Tumblr

 

Ce sujet me tient à coeur depuis quelques temps, et surtout depuis que j’ai décidé de partir en voyage en Amérique. J’avais prévu d’écrire cet article dans l’avion. Ce qui est drôle, c’est qu’on m’a demandé une taxe supplémentaire lors du check-in de mes bagages ce qui m’a mis de fort méchante humeur. Hé oui, ce n’est pas parce que je suis prof de Yoga que je ne m’énerve jamais! Vu mon état d’esprit, je me suis dit : « remets l’écriture de ton article à plus tard, ce n’est vraiment pas le moment de parler de lâcher prise alors que tu es énervée! » Et puis, à y regarder de plus près, je me suis dit : « et si, au contraire, c’était le moment parfait pour parler de lâcher prise? N’est-ce pas lorsqu’on est au milieu de la tempête qu’il est le plus utile de parler du soleil? »

Alors me voilà, à vous parler du lâcher prise! J’entends cette rengaine depuis un bon bout de temps maintenant; depuis que j’ai commencé le Yoga en fait! Et sans me poser vraiment la question, je me disais qu’il s’agissait d’un concept qui allait bien avec le Yoga. Lâcher prise, se relaxer, apprendre à relâcher ses tensions corporelles… Et puis, petit à petit, je me suis un peu plus intéressée à la signification profonde de ce qu’était le « lâcher prise ».

Très bien, on me demande de lâcher prise, mais lâcher prise de quoi? De mon souffle? Une bonne expiration bien profonde, histoire d’évacuer mes soucis? Relâcher les traits du visage? Lâcher prise de mon ego? Sentir les effets de la posture sur mon corps plutôt que d’essayer de « réussir » un asana? A chaque fois que j’entendais cette formule : « lâchez prise » j’essayais une de ces possibilités. Une fois en Savasana, cela m’apportait toujours un peu plus de relaxation et de bien-être. Mais rien de bien révolutionnaire!

Et puis est venu un matin où je pratiquais une séance de Pranayama et de méditation et où j’ai eu un de ces instants de vérité. Je ne sais pas si cela vous est déjà arrivé durant une de vos pratiques, mais cela m’arrive de temps en temps (plutôt rarement, il faut bien l’avouer!), un de ces moments où une vérité se révèle d’elle même, comme si une bulle de savon éclatait dans mon Etre. Ces moments sont rares mais ce sont des instants de grâce. Ils surgissent quand on arrive à être simplement dans l’instant présent, pendant une séance de Yoga ou en regardant un coucher de soleil. L’esprit n’est plus pollué par nos pensées et est ouvert à notre Etre le plus profond. On est alors apte à accueillir notre vérité. Cela va souvent à l’encontre de ce que l’on croit être vrai ou bon pour soi mais comme c’est notre vérité nue, cela n’est jamais conflictuel. C’est juste là. C’est.
Je vous souhaite de vivre de tels moments dans votre pratique ou ailleurs!

C’est donc lors d’un de ces moments que j’ai fini par comprendre le sens profond de ce qu’on appelle le lâcher prise. D’un seul coup, j’ai compris que, certes, il s’agissait de relâcher ce qui pouvait être relâché dans une posture de Yoga mais surtout qu’il s’agissait de lâcher prise de ses émotions.
Je m’explique! Quand on se trouve dans une situation compliquée, on peut être submergé par la peur, la colère, le désespoir, la tristesse, le stress. En général, on a l’impression de « subir » ces émotions. D’ailleurs, on dit bien « submergé », comme une île qui serait inondée par l’océan. L’émotion nous prend et on la laisse s’emparer de nous. En fait, c’est une croyance erronée de penser qu’on ne peut rien contre nos émotions. Certes, on ne pourra jamais éviter d’être triste ou en colère (et ce sont d’ailleurs des états normaux, voir essentiel pour pouvoir faire l’expérience complète de notre humanité) mais on peut éviter de s’attacher à ces émotions. Et c’est cela le Yoga, c’est cela le lâcher prise.

Le simple fait d’observer l’émotion en question, de prendre le recul nécessaire pour observer notre mental nous permet de relativiser cette émotion et de la voir comme étant extérieure à nous. C’est normal d’être en colère, c’est normal de ressentir de la tristesse ou du désespoir et ce n’est pas un problème. Et il n’y a absolument rien de grave à cela! Mais cette émotion ne constitue pas notre Etre. C’est simplement une réaction à un événement spécifique.Une fois qu’on a réussi à observer et à identifier cette ou ces émotions, on peut alors la ou les accepter comme faisant part de notre humanité. Une fois qu’on a accepté l’émotion en question, on peut alors en faire quelque chose de positif.

Je pense par exemple au fait que j’ai souvent peur de voyager (oui, oui, je vous assure!). La peur de l’inconnu me prend au ventre. Je sais ce que je perds, je ne sais pas ce que je vais trouver et cela m’angoisse. J’essaye alors d’identifier cette peur, d’en observer les symptômes (mal de ventre, problèmes de sommeil…). Je sais qu’elle est là et qu’elle sera sûrement là à chaque fois que je bougerai d’endroit. Très bien. Mon histoire, mes croyances font que je ressens cette émotion à tel moment. Et ce n’est pas grave. Ce qui est grave, c’est de me laisser submerger par cette peur. De m’identifier à elle sans prendre le recul nécessaire pour l’observer. Mais si j’accepte cette « faiblesse », si je me dis : « j’ai peur et c’est normal d’avoir peur dans une telle situation », alors je peux utiliser cette peur de manière positive en essayant d’organiser au mieux mon voyage par exemple. Je peux même finir par en rire (parce qu’avoir peur de bouger d’endroit quand on a décidé de faire un voyage de 4 mois, c’est assez drôle en soi).

Creek in Estes Park

Accepter ses émotions et les accueillir avec bienveillance, c’est cela le lâcher prise. Cette attitude permet de naturellement diminuer l’impact de l’émotion sur notre mental et de se laisser ainsi porter par le flot de la vie plutôt que d’essayer de lutter contre. Observez l’eau d’un ruisseau. L’eau est toujours confrontée à divers obstacles et pourtant elle continue sa route avec une fluidité déconcertante. Soyez l’eau du ruisseau! Soyez la vie! Laissez-vous porter par elle tels que vous êtes!

Petits trucs pour lâcher prise :

Lorsque vous êtes dans une situation difficile, prenez quelques minutes pour vous asseoir en tailleur (ou toute autre position qui vous semble comfortable).

Fermez les yeux et essayez d’identifier les « symptômes » de vos émotions : palpitations, souffle court, mal de ventre, mains moites…

Notez mentalement ces changements dans votre corps en le passant en revue.

Posez des mots sur vos sensations et sur vos émotions et sur la raison de cette émotion (« j’ai mal au ventre parce que j’ai peur de ceci ou de cela », « j’ai un souffle saccadé parce que telle ou telle situation m’angoisse »)

Répétez-vous ce petit mantra : « Mon parcours et mes expériences font que je ressens cette émotion face à cette situation. Il est tout a fait normal que je ressente cette émotion. Cette émotion fait partie de mon humanité mais ce n’est pas moi. »

Et pour terminer, une vidéo pour prendre son envol quand on se sent bloqué dans une situation difficile!

Belle pratique à tous!

Namaste

Bibliographie

Bibliographie
Voici une liste de mes livres coups de coeur qui accompagnent ma pratique et ma vie. Bonne lecture!

Je veux découvrir !

Cours collectifs

Union Sportive du Vésinet
Stade des Merlettes
78 Vésinet

Hatha Yoga :
Lundi de 18h00 à 19h
Yin Yoga :
Lundi de 19h à 20h

Contact

Email Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Me suivre

Newsletter

Soyez les premiers informés de tous les événements que j'organise!
Please wait